Nous nous sommes tous déjà demandé ce que devenait les matériaux triés une fois collectés.

Nous allons aujourd’hui lever le voile sur le recyclage du verre en Pévèle Carembault. Découvrez ci-dessous le cycle appliqué aux bouteilles collectées dans nos points d’apports volontaires.

5 informations à retenir :

  • La vitrocéramique est l’ennemie n°1 des points d’apport volontaire : en effet, ce type de verre ne fond qu’à plus de 2000° alors que le verre à bouteille est fondu à 1600°. Le verre en vitrocéramique ne peut donc pas être absorbé par l’usine où le verre de vos bouteilles est acheminé. Apportez ce type de verre en déchetterie.
  • La qualité du verre recyclé (et donc son prix de revente) dépend de la densité du verre collecté et de sa chauffe à chaleur continue à une température donnée. La céramique, la porcelaine et les cailloux affaiblissent la qualité du verre.
  • 2,4 millions de bouteilles sortent chaque jour des lignes de production.
  • La verrerie de Wingles est un excellent exemple d’économie circulaire puisque 90% du verre recyclé provient de l’usine Prover qui est intégrée au même site, et que l’entreprise rayonne majoritairement pour les brasseries de la région. De plus, un électrofiltre à poussière a été installé pour limiter drastiquement les rejets de poussière dans l’atmosphère.
  • Entre l’arrivée au centre de tri et la palettisation des nouvelles bouteilles, il faut compter une quarantaine d’heures théoriques.
Une fois collecté via les bornes à verre, les bouteilles et pots arrivent à Wingles. Parfois, des bouteilles recyclées mais non conformes sont ajoutées aux bouteilles collectées.
Chaque jour, plusieurs tonnes sont livrées au quai de dépôt.
Encore en vrac, les bouteilles sont ensuite acheminées vers la chaîne de tri
Les opérations de tri vont être la clé du recyclage : si des matières non conformes entrent dans la recette, les bouteilles ne passent pas le test de conformité.
Première étape : collecter tout ce qui n'est pas du verre. Malheureusement, de nombreux déchets non conforme partent à l'enfouissement.
Au fur et à mesure, les déchets non conformes sont enlevés, par des machines et par un contrôle humain.
Toutes les deux jours, un container de 12 tonnes est évacué. On y trouve tout ce qui n'est pas en verre : du métal, du plastique, des couvercles...
Le tas des couvercles
En haut de la chaîne, des agents contrôlent la bonne marche de la ligne de tri
Tous les éclats de verre trop petits sont aussi évacués.
Au bout de la ligne de tri, le verre va être contrôlé et nettoyé.
Le verre est nettoyé pour que les morceaux de papiers collés soient éliminés et que les dernières poussières soient évacuées.
Un trieur optique finalise le tri et enlève la céramique et la porcelaine.
En temps réel, les techniciens voient les quantités des différentes teintes de verre qui passent sur les lignes.
Un échantillon de verre arrive automatiquement toutes les 5 minutes pour vérifier la qualité du tri.
Chaque échantillon est répertorié en fonction de sa qualité, avant de partir à la fonte.
Le verre est ensuite acheminé dans la cuve à verre chauffée à 1600°.
La cuver contient en permanence 500 tonnes de verre. Il y reste environ 32 heures.
La salle de contrôle permet de vérifier que le verre est chauffé de manière optimale pendant son passage en cuve. Hors de la cabine, la chaleur est extrêmement élevée.
Après le passage en cuve, le verre est envoyé au thermo-formage.
Les bouteilles sont enfin palettisées pour une nouvelle vie !

 

  • rss
  • imprimer