Dans le cadre du déploiement de notre cadastre solaire, nous vous proposons de découvrir les témoignages de 4 entreprises. Elles offrent des prestations de qualité à celles et ceux qui souhaitent passer à une installation photovoltaïque pour leur habitation. Rencontre.

Maltex (Mérignies) : Aurélien Augez
Sunelis (Fretin) : Guillaume Rodriguez
Ciel et Vert Elec (Camphin-en-Carembault) : Christian Dhennin
Tengie (Attiches) : Nicolas Chireuil

Pévèle Carembault : Depuis quand vos entreprises posent-elles des panneaux photovoltaïques ?

T : Notre entreprise est récente, elle a un an et demi, mais avant, nous étions en structure associée depuis 7 ans. Cela fait donc près de 10 ans que nous travaillons dans ce domaine.

M : Maltex existe depuis 13 ans et nous avons commencé par des inserts et des cheminées. Depuis cette année, l’entreprise travaille chez les particuliers pour monter des panneaux photovoltaïques. Nous nous sommes ré-intéressés à ce type d’installation il y a 2 ans, avec le décret “autoconsommation”.

S : L’entreprise existe depuis novembre 2008 et nous avons toujours travaillé sur le solaire. Aujourd’hui, nous nous diversifions beaucoup auprès de différents publics. Nous montons des projets pour les particuliers ainsi que pour les bâtiments publics comme les universités ou encore les exploitations agricoles.

C : Mon entreprise a été créée en 2011 autour de l’électricité et du photovoltaïque. Pour le photovoltaïque, au début c’était compliqué puisqu’il n’y avait plus d’aides publiques. J’ai persévéré car j’y croyais vraiment.

PC :  Avez-vous observé des évolutions dans le domaine du photovoltaïque ces dernières années (financières/techniques/maintenance/durée de vie des équipements) ?

T : Effectivement, il y a eu de nombreuses évolutions. Mais il y a, avant tout, une mutation du système. Pour la plupart des cas, les habitants souhaitent aujourd’hui passer à l’auto-consommation.

M : On peut aussi noter une mutation fiscale : les nouvelles normes appliquées depuis 2017 ont permis d’épurer le marché des “éco-délinquants”. Ces derniers vendaient extrêmement cher des systèmes qui ne fonctionnaient pas très bien.

T  : Et le prix du matériel a été divisé par trois en dix ans !

S : On peut aussi dire que la vision du grand public a changé. Il y a un ras-le-bol des grands groupes d’énergie, donc de plus en plus de particuliers sont intéressés par l’autoconsommation.

V : Avec le décret de 2017, l’installation des panneaux a été largement facilitée. A présent, on peut en mettre sur des car-ports ou d’autres structures, la tuile reste en dessous des panneaux, ça coûte moins cher à l’installation et c’est plus souple comme technique.

PC : Quelles sont les étapes pour mener un projet ? Combien de temps faut-il pour mener à bien un projet ?

Tous : On va vous répondre ensemble car les entreprises sérieuses fonctionnent toutes de la même manière.

1/ On étudie le projet selon les besoins du client
2/ On se déplace sur place pour déterminer la surface réelle utilisable et les contraintes techniques
3/ On analyse les contraintes financières et on établit un devis
4/ On lance les démarches en mairie avec la déclaration préalable de travaux (1 mois maximum, voire 2 mois en cas de présence de bâtiment historique à proximité)
5/ On installe les panneaux chez le particulier. Si la pause en elle-même prend en général une journée pour 20m2 avec une équipe de trois personnes, il ne faut pas oublier le temps de passage des câbles et le montage de l’échafaudage
6/ On attend le passage du Consuel (contrôle des installations). Cela évite les abus des entreprises, mais il y a un délai d’une dizaine de jours pour passer, de manière aléatoire (une habitation sur 6 est contrôlée)
7/ Ensuite, selon les cas de figure, il y a des différences

-> Si autoconsommation et vente du surplus : un contrat est établi avec Enedis (compter au moins deux mois pour l’établissement d’un contrat), puis un compteur Linky est installé (obligatoire). Il faut savoir que le raccordement est beaucoup moins cher qu’avant, de l’ordre de 50€ alors que précédemment, ça pouvait aller jusqu’à 1 500 €.
-> Si autoconsommation : Il faut quand même faire une convention d’autoconsommation avec Enedis, mais la démarche est plus rapide.

8/ On prévient la mairie que les travaux ont bien eu lieu. En général ce sont les entreprises qui font l’ensemble des démarches.

A noter : Les installations sont prévues pour 20 ans avec un rendement maximal. Ensuite, cela dépend de la qualité des panneaux posés. Le rendement baissera un peu au fur et à mesure.

PC : Quel intérêt voyez-vous autour du cadastre solaire ?

T : C’est un très bon outil pour éviter les charlatans ! Les calculs utilisés pour faire les simulations sont neutres et réalistes, donc les prix du site sont sérieux et honnêtes.

S : Oui, et au moins le particulier a déjà une idée de son projet, pour ensuite aller vers les entreprises. Cela fait gagner du temps à tout le monde.

  • rss
  • imprimer