Son visage est indissociable du Basket Club d’Orchies. Il faut dire que Joffrey Verbeke est dans le club depuis 13 ans. Le joueur de 31 ans est le capitaine du BCO et pratique sa passion depuis sa tendre enfance. Portrait.
« J’ai commencé le basket à 6 ans au club d’Avelin, se rappelle le jeune homme. A l’époque j’habitais Pont-à-Marcq et j’ai tout de suite accroché à ce sport. J’ai adoré le fait de pouvoir courir partout ! » A tel point qu’il continue de pratiquer la discipline dans de nombreux clubs de la Région au fil des années : Avelin, Thumeries, Orchies, Ronchin… Après avoir passé 6 ans dans le club de Lille, à 18 ans, une opportunité s’offre à lui : rejoindre Orchies. « Et depuis je suis resté, se réjouit Joffrey Verbeke. Je me sens très bien ici et je compte bien rester. Je suis le plus ancien dans le club professionnel. »

La Pro B avec le BCO

Un Bac scientifique en poche, un deug validé, le Pévèlois décide d’arrêter ses études pour se consacrer à sa carrière de joueur professionnel. « C’était mon rêve de devenir pro. Je n’ai pas fait de centre de formation et c’était un challenge pour moi de monter petit à petit avec le club. Je voulais montrer de quoi j’étais capable. » Et c’est chose faite car il a accompagné le BCO jusqu’en Pro B et se bat aujourd’hui pour que le club retrouve rapidement les plus hautes sphères du basket français en tant qu’ailier et capitaine de l’équipe. « La saison dernière a été compliquée, on finit non relégable et on veut être ambitieux pour l’année prochaine en NM1. On vise les play-offs pour la saison 2018-2019 et on aimerait retourner rapidement en Pro B. »

Un entrainement quotidien

C’est pourquoi, chaque jour, le joueur s’entraine : jogging, musculation, exercices tactiques… « Nous avons 1 à 2 entrainements quotidiens avec le club. Et moi je fais du renforcement musculaire en plus. A 31 ans, j’essaie de garder la forme. » Heureusement, il peut compter sur les encouragements de sa famille qui le suit dans tous ses déplacements et aussi des nombreux supporters. « Le BCO est un club proche de son public. On connait tout le monde, on les croise quand on va au supermarché, on discute. La proximité avec les supporters est importante pour moi. »
Et même si son aventure avec le BCO est loin d’être terminée, Joffrey Verbeke pense déjà à sa future reconversion. Il a passé des diplômes pour devenir entraineur.

 

  • rss
  • imprimer