En novembre dernier, la Pévèle Carembault a lancé son Défi Famille Zéro Déchet. 300 foyers se sont lancés dans l’aventure et visent un objectif : réduire d’au moins 25% le poids de leurs déchets collectés.

Parmi eux se trouve la famille Ducamp-Bouchez, originaire de Gondecourt. Juliette, Nicolas et leurs 4 enfants, âgés de 6 mois à 13 ans, ont adapté leurs habitudes de consommation et nous racontent leur aventure.

Pévèle Carembault : Pourquoi avoir rejoint le défi famille Zéro Déchet de la Pévèle Carembault ?

Famille Ducamp-Bouchez : Déjà très sensibilisés aux questions écologiques, nous avons rejoint le défi plutôt pour rencontrer d’autres familles dans la même dynamique que nous. Échanger et partager des astuces et des bonnes adresses avec les membres de notre équipe est très enrichissant et amusant. C’est aussi une excellente façon de faire connaissance avec nos voisins. L’aspect « atelier » était un peu moins important pour nous mais, finalement, c’est une façon de se former ou de parfaire nos gestes et recettes auprès de personnes ayant une plus grande expérience.

P.C. : Avant le défi, pratiquiez-vous déjà des gestes pour réduire vos déchets ?

Famille Ducamp-Bouchez : Oui, cela fait longtemps que nous sommes penchés sur la question des déchets. Notre premier « petit pas » a été l’adoption des couches lavables à la naissance de notre aîné.

A notre arrivée à Gondecourt, nous avons commencé à acheter nos légumes et nos œufs dans les fermes. On ramenait nos sacs et filets… C’était une révolution pour nous autres citadins.

Le déclic majeur a été le visionnage du documentaire « Demain ». Depuis, nous avons vraiment repensé notre mode de vie. Nous avons cherché des petits gestes supplémentaires à notre portée. Par exemple, en cuisine les BeeWrap remplacent le film alimentaire. Dans les cartables nous évitons le plastique quand cela est possible (stylos rechargeables, crayons de couleur fluo à la place des surligneurs). Pour le ménage, nous avons investi dans un nettoyeur vapeur. Côté loisirs, nous achetons d’occasion… Pour nos courses, nous avons eu le plaisir de découvrir un écosystème de petits commerçants à deux pas de chez nous.

P.C. : Qu’est-ce que vous avez changé dans vos habitudes depuis le 1er décembre ?

Famille Ducamp-Bouchez : Nous pesons tout et nous sommes vraiment à 6 dans le compteur déchets car chez nous, tout le monde mange à la maison, midi compris ! Même si nous avons conscience d’avoir bien réduit nos déchets, le fait de les peser nous a fait prendre conscience du chemin parcouru et, surtout, du chemin à parcourir. Du coup, nous sommes encore plus vigilants à ce que nous jetons.

Les enfants sont peut-être les plus rigides sur ce point. Par exemple : les calendriers de l’avent ont provoqué certains commentaires acerbes sur le plastique omniprésent et le suremballage des petits chocolats qui allaient alourdir la poubelle !

Nous nous posons encore plus la question du réemploi, du recyclage et du don.

P.C.: Quel est votre premier bilan dans ce défi ?

Famille Ducamp-Bouchez : Pour le moment, nous n’avons pas tellement changé notre routine déjà bien établie. Nous espérons trouver lors des prochains ateliers de quoi progresser encore. Nous avons suivi une formation sur le compostage l’an dernier et le composteur attend sagement son installation au printemps. Cela devrait nous faire gagner presque 800g de déchets par jour.

Nous avons conscience que nous arriverons difficilement à réduire de 25% nos déchets non recyclables mais nous nous sommes inscrits pour échanger et participer, pas pour “gagner” ! Nous avons vraiment commencé notre aventure en nous concentrant sur cette volonté d’alléger nos poubelles et nous avons été surpris d’en découvrir le côté humain. Nous sommes aussi contents de constater que les commerçants du coin jouent le jeu du zéro déchet.

 

 

  • rss
  • imprimer