Il faudra se montrer patient mais les premières fleurs devraient pointer le bout de leur nez au mois de juin selon la météo. Mardi 16 avril, l’équipe du chantier d’insertion Interval était en pleine opération “prairies fleuries” à Cappelle-en-Pévèle. Guillaume et son équipe sont notamment intervenus devant le collège Simone Veil.

« Dans la noue, tous les arbustes n’ont pas repris, précise le chef d’équipe. Alors nous retravaillons le sol pour y planter les semis de prairies fleuries. Il faut bécher la terre pour aérer le sol. Puis on casse les mottes, on aplanit, on passe le râteau et ensuite on peut semer. » C’est environ 4g de graines par mètre carré qui seront jetés à la volée. 1,2 kg de graines sont donc nécessaires pour fleurir les 300 m² prévus dans la commune. « Dans le mélange, on retrouve entre 12 et 15 espèces de fleurs différentes. Il y a par exemple des coquelicots, des grandes marguerites, des bleuets, des centaurées… » Une seconde équipe intervenait simultanément rue de la gare.

Préserver la biodiversité

Ces plantations sont financées par la Pévèle Carembault afin de préserver la biodiversité florale sur le territoire. Avec l’utilisation de pesticides et de produits phytosanitaires, des plantes ont disparu ou se font plus rares sur le territoire. Les prairies fleuries sont aussi très utiles pour la faune locale, comme les abeilles qui viennent butiner, les papillons qui y trouvent leur nourriture… Elles permettent donc de lutter contre la diminution des populations d’insectes. Elles contribuent également à rendre les entrées des villages plus accueillantes et colorées.

  • rss
  • imprimer