Lorsque les 34 ados sont arrivés à la salle Léo Lagrange, l’ambiance était studieuse sur le parquet. Les joueurs du Basket Club d’Orchies (BCO) finissaient leur entraînement quotidien, sous la houlette de Fabrice Courcier, le coach de l’équipe. Pendant deux heures, nos ados ont découvert de plus près la vie des sportifs de haut niveaux, qui ont animé des ateliers de découverte de leur sport : le basket. Une première mise en place dans le cadre du partenariat qui lie le BCO et le service animation jeunesse de la Pévèle Carembault.

2 heures dans la vie d’un joueur pro

“Les joueurs qui sont là pour vous aujourd’hui sont des professionnels : ils s’entraînent une à deux fois par jour et partent dans la France entière pour disputer des rencontres chaque semaine contre d’autres équipes. C’est très physique.”

Fabrice Courcier accueille les ados en leur expliquant la vie quotidienne de ses joueurs, dont 3 sont étrangers : deux américains et un belgo-américain. Dans les premières minutes, les ados regardent leurs aînés virevolter sur le parquet : un match d’entraînement est en cours. Les joueurs sont parfaitement concentrés et les échanges sont rugueux. “Même à l’entrainement, personne ne veut perdre, c’est un état d’esprit qui ne nous quitte jamais” explique encore le coach.

Des échauffements ludiques, mais rigoureux

“Mettez bien votre jambe à angle droit, si jamais vous allez au delà, gare à la tendinite”. Avant même que les ados prennent le ballon dans les mains, la séance du Soda’s Club débute par un échauffement sérieux. Les jeunes reproduisent les exercices quotidiens des joueurs pour échauffer leurs muscles. Une chose est sûre, c’est bien plus difficile qu’il n’y paraît de faire passer un ballon tout autour de sa taille. Il faut une bonne dose de coordination pour réussir les différents exercices proposés.

L’apprentissage auprès des joueurs

Après les échauffements, place au jeu. Les joueurs se mêlent aux jeunes pour leur apprendre les rudiments du basket : les différents types de dribble, les exercices sur les paniers et les phases d’attaque et de défense. On sent que tant du côté des ados, que de celui des joueurs, l’ambiance est à la taquinerie : pas si facile pour un jeune de 13 ans d’aller prendre la balle à un colosse de 2 mètres. Les sourires sont sur toutes les lèvres, l’échange particulièrement riche. Ados et joueurs auront passé un après-midi qui laissera de beaux souvenirs à chacun.

  • rss
  • imprimer