Luc Foutry, troisième vice-président

Vice-président chargé de l’aménagement du territoire, de l’habitat, de l’urbanisme et de la mobilité. Maire d’Attiches

Une partie de sa famille est originaire de Douai, une autre de Pont-à-Marcq et pourtant c’est à Attiches que Luc Foutry a passé toute sa vie. Depuis plus de quarante ans, le père de famille habite dans ce village situé à deux pas de Seclin. Une commune de plus de 2200 habitants qu’il n’a pas quitté car il s’y sent bien tout simplement. Il adore tellement cette bourgade que, très jeune, il a décidé d’en défendre les intérêts en s’engagent dans la vie publique. A 21 ans, le jeune homme étudiant en histoire, puis en sciences politique devient conseiller municipal en acceptant la proposition du maire sortant. « J’ai tout de suite dit oui car j’ai trouvé là une logique pour ma passion pour l’action publique et l’histoire contemporaine. » En 2001, à l’âge de 26 ans, Luc Foutry devient maire d’Attiches. « J’ai été maire avant d’être père, sourit celui qui a aujourd’hui deux enfants. Mais pour moi l’engagement était naturel. » Et depuis cette date, il occupe toujours le mandat de premier édile.

Ses journées se partagent entre la mairie, sa charge de vice-président à la Pévèle Carembault et la Région. Depuis janvier 2014, Luc Foutry est en effet en charge de l’aménagement du territoire, de l’habitat, de l’urbanisme et de la mobilité pour les 38 communes. A cette fonction, l’élu a en charge de nombreux dossiers comme celui de représenter les intérêts communautaires au schéma de cohérence territoriale (Scot) de Lille. « Un dossier que je suis depuis 2014, qui n’est pas facile et qui sera voté en février 2017. On a obtenu une grande partie de nos demandes. »

Un amoureux de la Pévèle

Autre sujet qu’il défend : la mise en place d’un plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI). « Un document dont le but est d’avoir plus de cohérence dans l’aménagement de nos communes. Même si on habite dans des villages différents, les habitants ont des habitudes semblables, des interactions et donc il faut parfois penser au-delà de nos communes. » Enfin troisième grand dossier : le déplacement avec la ligne de train Ascq-Orchies, étendre les navettes Pév’ailes sur tout le territoire, créer un échangeur autoroutier à hauteur de Templeuve/Genech. « L’objectif est de proposer un dynamique en termes de transports et avoir les infrastructures nécessaires pour la population et attirer des entreprises, des habitants sur notre territoire mais tout en conservant notre identité rurale. »

Du côté des loisirs, Luc Foutry est comme beaucoup de Pévèlois amateur de jogging dans la campagne. « Je fais aussi du foot en salle avec des copains et j’aime le poker. » L’une de ses activités préférées reste la balade en famille dans les alentours de son village. « Je n’arrive pas à m’en lasser, avoue l’élu. On a des paysages si particuliers, avec cette couleur de la terre et la proximité de la forêt de Phalempin, les hauteurs avec Mons-en-Pévèle… On a un cadre de vie préservé et privilégié à deux pas de la métropole lilloise. La Pévèle est aussi une terre forte en histoire avec un passé commun : la bataille de Bouvines, les marais asséchés, les campagnes betteravières, le Paris Roubaix… La Pévèle parle aux habitants, c’est populaire dans le sens noble du terme. »

  • rss
  • imprimer