En octobre 2017, des travaux d’aménagement d’une zone d’expansion de crue ont démarré sur le site du Pont Tordoir, entre Avelin, Mérignies et Tourmignies. Ce chantier est aujourd’hui terminé. L’entreprise Guintoli a été missionnée afin de creuser une ZEC pouvant contenir un volume d’eau de 78 000 m3 et construire une digue de 3 m de haut.

Cet ouvrage a été lancé dans le cadre de la compétence « Prévention des inondations » de la Pévèle Carembault. En effet, suite aux inondations de juillet et décembre 2000, la Pévèle Carembault a engagé des travaux pour lutter contre les inondations causées par le débordement de la Marque. Sept aménagements ont été proposés pour faire diminuer les risques, dont celui du Pont Tordoir.

Ce dernier a pour objectif de réduire la hauteur d’eau à Tourmignies et Pont-à-Marcq, mais aussi de retenir l’eau en attendant le redimensionnement des deux ponts sur la Marque, situés rues Aline Lerouge et du Château à Tourmignies.

Préserver la biodiversité des milieux humides

Durant les 8 mois de travaux, les ouvriers ont décaissé plus de 5 hectares de limon afin de creuser la ZEC. Une partie des limons a été utilisée pour construire la digue. Des saules têtards ont été élagués. Les perches coupées ont été plantées aux abords de la Marque afin de préserver la biodiversité du site. En effet, cette espèce d’arbre, typique de la campagne pévèloise et des milieux humides, permet d’abriter une faune rare comme la chouette chevêche et le lérot d’Europe.

Le chantier du Pont Tordoir a coûté 770 000 euros HT. Il a été cofinancé par l’Agence de l’eau (40%), l’Europe via le fonds Feder (40%) et la Pévèle Carembault (20%).

Une ZEC rue Georges Clémenceau

Un autre chantier de lutte contre les inondations vient de se terminer à Tourmignies. Rue Georges Clémenceau, la Pévèle Carembault a aménagé une zone d’expansion de crue. Celle-ci permet de retenir jusqu’à 9 000 m3 d’eau en cas d’inondation. Cet aménagement complémentaire protège les habitations du centre de Tourmignies. Des saules têtards, dont les perches viennent du Pont Tordoir, ont également été plantés le long de la Marque. Le coût total du projet s’élève à 170 000 euros HT, cofinancé par l’Agence de l’eau (40%), l’Europe via les fonds Feder (40%) et la Pévèle Carembault (20%).

  • rss
  • imprimer