La Neuville : le Château de l’Ermitage

Un peu d’histoire 

En 1783, le bâtiment de l’Ermitage, situé dans le bois du Roy à Phalempin et servant de retraite aux officiers des eaux et forêts lors de leurs opérations est en ruine. Sa remise en état s’avérant nécessaire, Louis XVI accepte l’année suivante la reconstruction du bâtiment sur la base d’un devis estimatif établi par l’architecte Paul-Pierre Comes. Le 9 septembre 1787, l’achèvement des travaux est constaté par la Maîtrise des eaux et forêts et Jean-Baptiste Joseph Coget, entrepreneur.

Le château est resté propriété de l’Etat jusqu’en novembre 1974, date à laquelle il est cédé à René Dutilleul. Régis Dupont en est le propriétaire depuis 1984. Ses façades alliant brique et pierre blanche sont caractéristiques de l’architecture dominant la région lilloise, notamment rue Royale à Lille. 

Du côté de l’architecture

Niché dans un écrin de verdure, le château est entièrement entouré de douves en eau. De facture classique, le château de l’Ermitage est couvert d’un haut toit à ressaut. Ses façades sont animées par des avant-corps légèrement saillants, entièrement en pierre appareillée en refends. Celui de la façade avant est couronné d’un fronton triangulaire surhaussé orné d’un cartouche ovale et de rinceaux. Cet édifice a fait l’objet d’un décor particulièrement soigné : frises à cannelures et corniche à denticules à la base du toit, guirlandes autour des baies des avant-corps, consoles sculptées sous les balcons.

  • rss
  • imprimer