Renaturation de la Marque

Renaturation – la Marque

divers-004La Marque… Quésako ?

Il s’agit d’une rivière d’environ 31 kilomètres qui traverse 23 communes du département du Nord dont onze villages de la Pévèle Carembault (Mons-en-Pévèle, Thumeries, Attiches, Tourmignies, Avelin, Mériginies, Pont-à-Marcq, Ennevelin, Templeuve-en-Pévèle, Louvil et Cysoing). La Marque prend sa source à Mons-en-Pévèle, au lieu-dit le Wacca, et poursuit son chemin en direction de la Métropole lilloise.

Elle possède de nombreux affluents dont les plus importants sont le Zécart, le Riez de Bourghelles et la petite Marque. Soit au total plus de 80 km de cours d’eau.

Les problèmes de la Marque

La Marque rencontre plusieurs problèmes à ce jour. A certains endroits, son lit est trop raide, à d’autres, il est trop encaissé à cause des curages successifs. Des merlons se sont formés sur certaines berges à force d’y placer de la terre et cela empêche un débordement en cas de crue. Si bien que le débit de l’eau est accéléré. Bref, l’action de l’homme sur cette rivière et ses affluents a entrainé des modifications qui pourraient causer des inondations

marais-de-templeuve-003La renaturation

Fort de ce constat, l’ancienne Communauté de communes Pays de Pévèle a lancé une étude en 2011 pour faire le point sur les 80 km du cours d’eau. L’objectif était de relever toutes les anomalies (problèmes d’écoulement, berges qui s’effondrent…) et de trouver des solutions pour y remédier. Depuis 2014, la Pévèle Carembault a repris le dossier et le projet de renaturation de la Marque a été lancé en 2015. Son objectif est de redonner un aspect naturel au cours d’eau et à l’écosystème environnant.

Pour cela, plusieurs actions sont au programme :

  • La plantation de végétaux : des arbres et arbustes d’espèces locales et adaptées au milieu seront implantés sur les berges
  • Préserver et entretenir les saules têtards : emblématiques de la région, ces arbres permettent d’héberger des rongeurs et des chouettes. Ils servent d’abri à la fois pour la faune et la flore locales.
  • Un reméandrage de certaines zones : un cours d’eau rectiligne ce n’est pas naturel. Alors plusieurs opérations pour créer des méandres sur la Marque sont prévues, notamment sur la commune d’Ennevelin.
  • Créer des brèches dans les merlons pour permettre le débordement des eaux en cas de crue.

Où en est-on ?

En 2015, la Pévèle Carembault a démarré son projet au niveau de la commune d’Ennevelin. Pour effectuer le reméandrage, la première étape, le foncier doit lui appartenir. C’est le cas au niveau de cette commune mais non tout le long de la Marque. Des négociations sont donc en cours avec les propriétaires.

Le projet est ensuite de réaliser les différents aménagements (reméandrage, brèches dans les merlons, plantations d’arbres…) en remontant le courant en direction de Mons-en-Pévèle, puis de s’occuper des différents affluents.

Une richesse naturelle

En parallèle de cette renaturation de la Marque, un projet pour aménager un sentier pédagogique de balade le long du cours d’eau est en réflexion. En effet, cette rivière regorge d’espèces locales qu’il faut mettre en valeur et qui constituent une richesse touristique. Au niveau de la flore on trouve des saules, des frênes, de l’aubépine, de la viorne… Question faune, la Marque est un cours d’eau à brochets. L’objectif est de faire revenir ce poisson. C’est également là où l’on retrouve des martins pêcheurs, plusieurs espèces de libellules…

Articles relatifs pour la catégorie : Renaturation de la Marque

Ennevelin : Quels poissons vivent dans la Marque ?

Le 23 mai, à Ennevelin, la Fédération de pêche du Nord a réalisé une pêche électrique dans la Marque pour connaître la vie piscicole.