Alice Lebrun est dumiste. Elle fait partie de l’association les Amis de la musique qui sensibilise les élèves de maternelle et de primaire à la musique. Ce 2 décembre, comme chaque lundi depuis la rentrée scolaire, la jeune femme se rend à Phalempin dans le groupe scolaire des Viviers. Vers 9h, elle donne un cours de chant aux 30 élèves de CM2 de Florence Lestoquoy. Quel est intérêt des dumistes dans une école ? Que font-ils ? Réponse avec la directrice de l’école.

Qu’apporte Alice à vos élèves ?

F.L. : Elle apporte son œil d’experte de la musique. Alice a une technicité que nous, enseignant, n’avons pas dans ce domaine. Elle fait travailler la justesse, le rythme… Nous construisons des projets culturels ensemble. Grâce aux regards croisés entre dumiste et enseignant, ils sont enrichis.

Depuis quand travaillez-vous avec Alice ?

F.L. : Depuis 5 ans environ. Cette année, Alice intervient dans 9 classes sur les 10 de l’école. Elle peut venir 1 ou 2 trimestre(s) en fonction du projet. Avec les dumistes, nous avons déjà travaillé sur la création d’instruments de musique et de spectacles, le chant, la mise en musique de fables… Leurs interventions sont très variées. En tout cas, elles sont toujours liées au projet de classe.

Et pour votre classe : quel est le projet de cette année ?

F.L. : Nous montons le conte musical Nous n’irons pas à l’opéra de Julien Joubert. Alice fait travailler la partie chant pour une représentation devant les parents en mars. En parallèle, nous nous rendons 2 fois à l’opéra cette année pour voir comment se déroule une représentation. Une intervenante est également venue expliquer comment se monte un opéra.

Sauriez-vous vous passer des interventions des dumistes ?

F.L. : Non ! Vous savez, en tant que professeur des écoles, on nous demande d’être polyvalent mais on ne peut pas avoir une telle technique. Les dumistes nous apportent cette technicité. Alice fait partie de l’équipe pédagogique et apporte beaucoup à la fois aux enfants et aux enseignants. On se nourrit mutuellement et il faut absolument qu’ils puissent continuer à venir dans les écoles du territoire. C’est une chance !

 

  • rss
  • imprimer