A 15 ans, savoir ce que l’on veut faire de sa vie est parfois difficile. Mais pour Elodie, élève de 3e, la voie est déjà toute tracée. La jeune coutichoise est impatiente de démarrer son apprentissage en coiffure. Elle a pu découvrir ce métier grâce à son parcours en section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa) au collège du Pévèle d’Orchies.

« Je n’aimais pas l’école et en 6e je ne travaillais pas beaucoup, avoue Elodie. Alors, en 5e, je suis entrée en Segpa. Je n’aime toujours pas l’école (rires ndlr.) mais grâce à cette section, j’ai réussi à m’orienter. Sans elle, ça aurait été plus compliqué pour moi. » En effet, grâce à ce cursus, la jeune fille a suivi différents ateliers scolaires. Ils permettent de découvrir des activités professionnelles comme la cuisine, le bâtiment, les services à la personne… « Chaque semaine, on a 6h d’atelier en 4e et 12h en 3e. »

Au collège du Pévèle, 64 élèves composent la Segpa. Ils sont encadrés par une équipe de 6 professionnels dont des professeurs spécialisés qui assurent des cours généraux et des cours en ateliers. « Ici, nous proposons l’atelier Hygiène Alimentation Service et l’atelier Habitat, précise Jean-Philippe Courmont, professeur. La Segpa est une chance pour les élèves car ils étudient en petit groupe (classe d’environ 16 élèves ndlr.) et découvrent des champs disciplinaires en atelier. »

Stages et contrat d’apprentissage

Les élèves ont aussi des stages à effectuer en entreprise. C’est durant l’un d’eux que la jeune fille découvre sa vocation : devenir coiffeuse. « J’aime le côté créatif de ce métier. »

Alors que le collège se termine, Elodie sait déjà ce qu’elle veut faire par la suite : entrer en centre de formation à Arras et décrocher un contrat d’apprentissage dans un salon. Encore fallait-il qu’elle trouve une entreprise d’accueil… La chance a été au rendez-vous. « Le salon où j’ai fait mon stage à Flines-lez-Râches accepte de me prendre en apprentissage pour 2 ans. La gérante repousse même sa retraite pour moi. Je démarre en juillet ! » Il ne lui reste qu’une étape à franchir pour démarrer cette nouvelle vie : décrocher le brevet des collèges.

Pour certains de ses camarades, les recherches sont parfois compliquées… « Les élèves passent des entretiens, mais ce n’est pas facile de trouver des entreprises qui acceptent de les prendre en apprentissage. On essaie de les accompagner au mieux dans leurs démarches. L’apprentissage est une bonne voie pour débuter dans la vie professionnelle », souligne Jean-Philippe Courmont.

C’est pourquoi la Pévèle Carembault réfléchit à créer des liens entre les écoles, les centres de formation et les entreprises afin d’accompagner les jeunes du territoire dans leurs recherches d’alternance.
  • rss
  • imprimer