Une nouvelle borne de collecte a fait son apparition sur le parking de Leclerc à Templeuve-en-Pévèle, le vendredi 16 octobre. Il s’agit d’un point de collecte des huiles de friture des particuliers, installé par la société Gecco. La rédaction a rencontré Michel Millares, directeur de l’entreprise basée à Avelin.

Pouvez-vous présenter l’entreprise Gecco en quelques mots ?

Michel Millares : Gecco a été créée en 2007, avec pour objectif le recyclage des déchets alimentaires. Aujourd’hui, nous sommes une équipe de 14 personnes. Nous avons choisi de nous spécialiser dans la collecte des huiles alimentaires usagées. Nous collectons les huiles des établissements de restauration, des usines agro-alimentaires et des particuliers. Nous les valorisons ensuite en éco-produits que nous vendons aux collectivités, aux professionnels et aux particuliers.

Pourquoi collecter et recycler l’huile de friture ?

MM : Nous sommes partis du constat que l’on ponctionne de nouvelles ressources naturelles pour faire du biocarburant, alors qu’il est possible de valoriser les déchets en énergies renouvelables. Les huiles de friture usagées gardent un potentiel énergétique important. Parallèlement, on a observé que l’huile usagée était un déchet encore mal collecté. On s’est aperçu qu’énormément de particuliers mais aussi de restaurants ne savaient pas quoi faire de leur huile… On a donc développé un service de collecte gratuit des huiles, et nos chercheurs ont mis au point des processus permettant de valoriser ces huiles en biodiesel, biolubrifiant ou combustible de chauffage. Le tout se fait localement et en circuit court !

Pourquoi avoir développé des bornes de collecte des huiles de friture ?

MM : Aujourd’hui, nombreux sont les particuliers qui, faute d’information, jettent leurs huiles de friture dans l’évier, les toilettes ou la poubelle. Or, cela abîme leurs canalisations et pollue les réseaux d’assainissement, les eaux et les sols. C’est d’autant plus regrettable que l’on peut offrir une seconde vie à ce déchet. Les bornes de collecte des huiles simplifient le geste de tri pour les particuliers : elles offrent une solution simple pour valoriser les huiles usagées.

Comment utiliser les bornes de collecte ?

MM : Jusqu’à maintenant, les particuliers qui souhaitaient se débarrasser de leur huile alimentaire usagée devaient la mettre dans un contenant hermétique. Puis, ils devaient se rendre en déchetterie, le vider dans un fût dédié et repartir avec leur contenant. Grâce à la conception des “points d’apport volontaire” (PAV) pour les huiles de friture, le particulier n’a plus qu’à déposer son contenant dans le PAV lorsqu’il fait ses courses. C’est très simple à utiliser et c’est un vrai gain de temps.

D’autres installations sont-elles prévues sur le territoire et quels partenaires recherchez-vous ?

MM : Oui, nous sommes dans une démarche de déploiement des bornes. Une installation est prévue dans les locaux de l’association caritative “Don de soi” à Templeuve-en-Pévèle, dès que la situation sanitaire le permettra. Nous souhaitons poursuivre les installations dans les supermarchés, si possible dans de nouvelles enseignes. Nous sommes également intéressés pour en développer dans des lieux de vie, comme les résidences et les écoquartiers. Nous visons aussi des lieux publics : maisons de l’environnement, halles de marché… Le but est de faciliter le recyclage des huiles pour un maximum de particuliers !

Que devient l’huile de friture une fois déposée dans la borne ?

MM : Cette huile est par la suite collectée et ramenée sur le site de Gecco à Avelin. Elle est recyclée en biodiesel, en combustible ou en lubrifiant pour tronçonneuse.

Comment vous contacter pour participer au projet ?

MM : Vous pouvez contacter notre chargée de projets, Rose Mergy, à l’adresse rose.mergy@gecco.fr.

  • rss
  • imprimer