Un lot de casseroles, un tapis de plage, une plante verte, un matelas souple… Non, il ne s’agit pas d’une liste de courses mais des « trouvailles » des agents d’Esterra la semaine dernière dans les bacs de tri sélectif. Sur demande de la Pévèle Carembault, le prestataire de collecte des déchets organise plusieurs fois dans l’année des vérifications des bacs avant le passage du camion.

« Nous faisons un contrôle visuel du haut du contenu, précisent Arnaud Verhas, directeur exploitation Esterra, et Sébastien Nuyten, responsable exploitation. L’objectif est de sensibiliser les habitants au bon tri, de repérer et d’expliquer les erreurs de tri. Nous trouvons de tout et c’est vraiment un problème pour la suite de la collecte. »

Trop de masques

En ce moment, les ripeurs s’inquiètent de découvrir de plus en plus de masques usagés en soulevant les couvercles des bacs… « Ils ne sont pas recyclables, martèlent les 2 employés ! Les masques doivent être mis dans un sac à part qui est lui-même jeté avec les ordures ménagères. Il faut aussi penser à la sécurité sanitaire de nos ripeurs et des personnes qui travaillent sur les tables de tri. »

Pour les erreurs relevées, un « porte-manteau » est attaché sur les poubelles indiquant la raison pour laquelle la poubelle n’a pas été collectée. En 2019, le centre de tri a refusé 21,8 % des quantités des déchets de tri sélectif. En 2017, le refus de tri était de 18,4%. Ces erreurs représentent un coût financier important pour la Pévèle Carembault. Elles ont aussi un impact non négligeable sur l’environnement car les déchets finissent enfouis ou incinérés. Retrouvez les consignes de tri en cliquant sur pevelecarembault.fr et une application pour vous aider en visionnant la vidéo ci-dessous…

 

 

  • rss
  • imprimer